GRAND VIN DE BORDEAUX

carte des AOC

carte AOC

vignes

nos vignes

cabernets

nos cabernets

merlots

nos merlots

inspection

travail de la vigne

team

l'équipe

Le terroir

On pense généralement que le « Terroir » c’est la terre. Ce n’est pas faux… mais très incomplet !

Evidemment la terre est importante. Nous sommes à juste titre fiers de nos alluvions de graves, originaires du massif central, charriées par la Dordogne au quaternaire. Mais le Terroir c’est beaucoup plus que cela. C’est aussi le matériel végétal : les cépages et leur origine. C’est aussi le climat changeant, le chaud, le froid, la pluie, le vent. Il influence la maturation et le dépôt de millions de micro-organismes sur les grains de raisin : champignons, levures et bactéries. C’est aussi les hommes et les femmes qui travaillent de la vigne à la bouteille. Eux aussi changent. Ce sont aussi les méthodes de culture et de vinification dont les progrès sont considérables depuis quelques décennies… et il reste encore des abîmes de recherche à faire.

On le voit, tout a fondamentalement changé depuis le classement de 1855, tout sauf la terre. Et encore. Des analyses comparatives, si elles étaient possibles, montreraient très certainement de sérieux changements chimiques.

Tout a changé… et même le dégustateur !
Il n’y a pas si longtemps on appréciait à Bordeaux les nuances de cuir et de poivron qu’on appelait goût de terroir. Au point que la Californie mettait des poivrons dans ses cuves pour ressembler à Bordeaux. Maintenant on connait l’origine de ces déviations organoleptiques qu’on cherche à éviter. Pour garder le vrai goût du vin. Même indépendamment des défauts, le goût évolue : Acide, boisé, sucré, amer, structure, couleur sont appréciés différemment à chaque décennie. A vous de juger !

Le vignoble du Petit Puch : un terroir d'exception

Il s'étend sur 13 hectares sur le plateau de Vayres, planté à 80% de merlot, 15% de cabernet sauvignon et 5% de cabernet franc, sur un terroir graveleux.

Les vignes de plus de 20 ans d'âge moyen font l'objet de soins attentifs pour maîtriser le rendement afin d'obtenir la meilleure qualité possible du terroir. Les concentrations de sucres et d'arômes et la qualité de la vendange sont plus élevées dans une vigne qui produit moins. Cela est simplement dû à la nutrition d'un nombre moins élevé de grappes de raisin par la sève du cep et au fait que des grappes moins tassées sont mieux exposées au soleil.

La vigne doit aussi "souffrir" et aller chercher l'humidité en profondeur, c'est dans ce but que certaines parcelles de la propriété ont fait l'objet d'un drainage lourd.

Les soins de la vigne commencent par une taille courte hivernale en guyot simple ou double. Vient ensuite l'épamprage au début du printemps, qui consiste à supprimer sur le cep les jeunes rameaux non fructifères. Cette opération permet une meilleure aération des grappes, et encore une fois une concentration de la sève. L'effeuillage réalisé en été améliore l'ensoleillement des grappes et assure ainsi une maturation plus complète et un meilleur état sanitaire du raisin.

Les vendanges en vert, ou éclaircissage consistent à supprimer une partie des grappes afin de limiter encore le rendement. Outre la concentration déjà évoquée, on obtient une maturité plus homogène.